15/12/2013
editeur

SUICIDE DU LIEUTENANT GIRARD… UNE AUTRE PLAINTE !

On aurait pu croire que les enquêtes motivées par ce douloureux événement allaient se poursuivre sereinement, mais l’un des acteurs et pas des moindres, a décidé lui aussi de se positionner en tant que victime en déposant plainte à l’encontre d’un des membres de l’ A.G&C pour…  »DIFFAMATION », rien que ça ! ! !

Le Capitaine commandant la compagnie de SAINT AMAND MONTROND (18), a en effet décidé de porter plainte pour  »diffamation » à l’encontre de l’Adjudant Arnaud CHADELAT, n’appréciant pas certains des termes dans lesquels ce dernier avait relaté le 02 novembre dernier, les douloureuses circonstances du suicide du Lieutenant GIRARD sur notre page facebook.

L’officier n’a visiblement pas apprécié notamment, d’avoir été décrit par l’adjudant comme un  »nazillon, s’adressant à ses hommes comme à des débiles, des incapables et à qui il ordonnait de faire des pompes comme à des bidasses ». Il accuse également l’adjudant, de l’avoir qualifié  »d’officier carriériste adoptant des méthodes de commandement d’un autre âge »…

Si ce Capitaine espère à travers ce dépôt de plainte, redorer son blason et accéder ainsi à se mettre en paix avec sa conscience, les membres de l’ A.G&C lui souhaitent d’y parvenir, n’ayant pour leur part aucun problème avec la leur.

Nous ne saurions trop lui conseiller cependant, de relire le Code Pénal (à supposer qu’il l’ait déjà lu…), car pour que l’infraction de  »diffamation » soit constituée, il faudrait que les propos tenus soient  »faux » et divulgués dans le but de nuire à la personne visée. Ce n’est manifestement pas le cas en l’espèce, puisque l’Adjudant CHADELAT n’a fait que décrire une triste réalité qui ne l’oublions pas, a quand même poussé un homme au suicide, ce que cet officier semble avoir pour sa part totalement oublié, ne pensant présentement qu’à son image  »ignominieusement » ternie par de soi-disant propos diffamatoires !

Nous laisserons donc ce Capitaine à ses états d’âme, constatant juste au passage, que son dépôt de plainte atteste finalement assez fidèlement de la très haute estime que ce personnage a de lui-même, et ce, toujours au mépris de celles et de ceux qu’il a commandés pour le triste résultat que l’on connaît aujourd’hui, ce qu’avait finalement très bien décrit l’Adjudant CHADELAT, en des terme certes moins choisis…